Discipline domestique 025 – Halloween 2014 – Partie 18 : … enfin, je croyais

Hello:)
Je vous avais dit l’autre jour que j’allais publier le guide sur le recrutement avant ce texte mais j’ai changé d’avis, le guide a encore besoin d’un peu de maturation avant d’être publiable. Mais il avance ne vous inquiétez pas.


Cette partie est la suite directe du texte précédent donc pensez à aller le relire avant.


Mon homme était nu face à moi pour son inspection matinale, il semblait fébrile, sa cage de chasteté avait du mal à contenir son excitation. Il faut dire qu’elle était plutôt petite, la cage pas l’érection. Au début j’avais des scrupules à imposer à mes soumis des cages exiguës, j’avais peur de leur faire mal, de casser quelque chose, mais j’ai appris par la suite que plus elles sont petites et plus elles sont confortables sur la durée. Désormais c’est le modèle S ou XS systématique. Après tout il est malsain de faire les choses à moitié.
Sous la pression de ses envies une partie de lui devait vouloir se montrer docile en espérant une récompense. Il devait penser qu’en me mettant de bonne humeur il pouvait entrevoir la possibilité d’une bonne séance de strapon, elle l’aurait tellement soulagé. Malheureusement pour lui il n’y a pas de recette magique pour m’influencer et tout reste tributaire de mes caprices. À l’exact opposé une autre partie de ses pensées devait vouloir de la violence, la douleur aurait pu aider à décharger cette frustration qui le dévorait. Certes cette option était plus douloureuse mais elle était aussi bien plus facile à obtenir, en se conduisant mal il était certain d’y avoir droit. Pour résumer il avait le choix entre une solution agréable mais longue et incertaine, et une solution violente mais immédiate. Les deux étant incompatibles. Pour lui il devait être si difficile de faire un choix. Un tourment dont je pouvais me nourrir.
Ce qu’il ne savait pas c’est que j’avais déjà pris ma décision et que ça ne serait ni l’un ni l’autre. Son corps était trop fatigué pour s’amuser avec de la douleur et j’avais besoin de garder sa frustration pour un autre projet. Il allait devoir prendre son mal en patience et me laisser dérouler mon plan tel que je l’avais conçu. Je sais que les soumis détestent manquer de visibilité sur ce qui va leur arriver mais ils doivent apprendre à lâcher les rênes, c’est dans la description du job.
Dans un mouvement plein d’assurance j’ai défait la cage de chasteté. J’en ai profité pour chatouiller du bout des doigts l’arrière du scrotum, l’endroit derrière les bourses qui fait la jonction avec le corps, une zone très réactive. Mon homme a fermé ses yeux en bloquant sa respiration. Je pouvais presque l’entendre hurler intérieurement « oh la garce ! ». Moi ça m’a fait marrer.
Sa queue s’est durci à vue d’oeil, elle devait tenir à profiter de cette liberté partielle retrouvée. J’ai tapé dessus de l’index à plusieurs reprises en disant :
— C’est quoi ça ?
Il a fait « non » de la tête et il a répondu en serrant les dents :
Rien.
— Oh vraiment ? ! Je croyais. Peut-être que depuis le temps tu as oublié à quoi ça correspondait. Je vais te rafraîchir la mémoire.
J’ai pris sa verge à pleine main et j’ai commencé à le masturber. Sa respiration s’est accélérée, il frémissait de tout son être. En toute innocence je lui ai dit :
— Tu me dis si les souvenirs te reviennent.
Craignant de ne pas pouvoir supporter ce traitement longtemps il s’est dépêché de répondre :
— Je me rappelle, c’est quelque chose d’interdit.
Sans cesser de le masturber j’ai dit :
— Tu en as mis du temps. As-tu des problèmes de mémoire ?
Il a souris nerveusement entre deux soupirs lascifs.
— Pardon. C’est que ça fait tellement longtemps que je n’ai pas eu le droit de bander que j’en avais oublié ce que cela signifiait.
Si ma mémoire ne me faisait pas défaut il avait déjà eu le droit de bander le soir précédent, lorsque Candice lui avait fait du tease and denial, et il avait pu voler quelques caresses avant que je ne l’arrête plusieurs jours auparavant, mais peu importe. J’ai arrêté de le stimuler et je me suis mise à tapoter du tout des doigts sur toute la longueur de sa verge pour entretenir la tension.
— Ça te manque ?
— Non.
— Certain ?
Il a répondu avec un sourire forcé.
— Certain. C’est pour ça que j’avais mis la cage ce matin, je voulais m’aider à contrôler ce que tu ne veux pas voir.
Je me suis approchée de lui, le frôlant, lui envoyant mes cheveux contre ses épaules tout en me mordillant les lèvres en poussant de petits gémissements.
— Tu sais, si vraiment la chasteté est trop dure, je peux t’accorder une petite jouissance vite fait. Ni vu, ni connu. Personne n’en saura rien. Ça peut aller vite.
Qu’il est bon de jouer la mauvaise conscience. En réaction il a expiré profondément en fermant les yeux. La chasteté ce n’est pas seulement avoir le sexe en cage, c’est un état d’esprit, qu’il soit ou pas en cage ne doit rien changer. Je n’attends pas de lui qu’il soit simplement privé de plaisir mais qu’il le refuse, c’est bien plus puissant. Facile à dire lorsque l’on est à ma place. Parce que pour lui la tentation était bien là, maintenant que j’avais arrêté toute stimulation le plaisir s’éloignait, plus il attendait et plus difficile il serait de l’atteindre. Situation qui provoquait chez lui autant de soulagement que de chagrin.
Connaissant l’attitude que j’attendais il a fait « non » de la tête et a dit :
— Un homme ne mérite jamais de jouir pour son propre confort. La chasteté est bonne pour moi. Bander est une infraction inexcusable.
Forcer les soumis à répéter les règles est un de mes petits plaisirs vous le savez.
— Alors pas de regrets ?
— Non.
L’intonation de sa voix étant correcte il avait gagné le droit que je le laisse un peu tranquille. Une petite tentation matinale est toujours bonne pour rappeler au soumis les principes qui gouvernent sa vie.
Je suis allée poser la cage de chasteté sur la table du salon. J’en ai profité pour admirer la scène. Mon homme était toujours nu, les mains sur la tête, le sexe tendu, serrant les dents et les cuisses, figé comme s’il était constipé. Il avait arrêté de respirer, je pouvais presque voir les contractions qui parcouraient son sexe. Le pauvre, cela semblait si douloureux mais moi ça me réjouissait. Après la soirée d’y hier et ce petit jeu improvisé il n’allait plus vouloir entendre parler de tease and denial pendant des mois.
Il faut savoir que nos jeux sont cycliques, parfois nous passons à totalement autre chose pour changer après avoir abusé d’une pratique. Nous sommes souvent dans les extrêmes.
Je me suis mise à imaginer la libération prévue la semaine d’après, il allait jaillir comme une bouteille de soda trop secouée. La plupart du temps je le force à s’allonger sur le dos pendant que je le masturbe donc il allait se prendre la décharge sur le torse, jusqu’au visage s’il était très frustré.
Avec une pointe de contrariété je me suis rappelée que cette fois je lui avais promis une fellation. Je n’avais peut-être pas dit en première étape, ou peut-être que si, je ne m’en souvenais plus. Tant pis pour moi, j’allais devoir tenir parole. Je me suis dit que je trouverai bien une solution plus tard, j’arrive souvent à préserver mes intérêts malgré tout.
En réalité j’avais déjà prévue une solution mais je l’avais oublié, d’où l’intérêt de prendre des notes. J’en reparlerai en temps utile. Parfois je me surprends moi-même lorsque je me rends compte de la perfection de mes plans.
Avec assurance j’ai dit :
— Trêve de plaisanterie. Aujourd’hui pas de cage, je vais te surveiller de près.
La dernière fois je vous avais parlé des jouissances anales qui ne sont pas, pour moi, incompatible avec la « chasteté » puisqu’il ne « jouit pas comme un homme » (désolé si cela passe pour homophobe mais dans ma tête ça ne l’est pas). Je disais donc, les jouissances anales ne sont pas les seules entorses que nous faisons dans notre conception de la chasteté. Lorsque je dis que mon homme passe 1 mois en cage de chasteté il s’agit d’une exagération, la réalité c’est qu’il y passe une dizaine d’heures par jour pendant 1 mois. Dès que je l’ai sous la main je préfère effectuer la surveillance moi-même. Surtout que j’adore la phase de remise en cage, faire cliquer le cadenas est un plaisir chaque fois renouvelé. En définitive il ne porte sa prison sexuelle que lorsqu’il est loin de moi. Une sorte de rappel de notre relation et des engagements qu’il a pris. Certains portent une alliance, lui porte la marque de son appartenance bien plus bas.
J’entends déjà venir les commentaires, oui, cela lui laisse des opportunités pour tricher, mais nous sommes un couple, nous devons nous faire confiance. Surtout que je me moque qu’il se masturbe hors des périodes autorisées, ce que je ne supporterais pas c’est qu’il me le cache et il le sait. De toute façon il ne le peut pas, je le connais, il devient apathique après avoir joui et je sais reconnaitre cet état. Et puis s’il trichait il se ferait avant tout du mal à lui-même.
Il a hoché la tête en souriant, qu’aurait-il pu faire d’autre ? Vous ne pouvez pas contrarier votre dominante, pas si vous attendez quelque chose d’elle en tout cas.
— Et puis de toute façon je suis certaine que tu as retenu la leçon d’y hier, pas vrai ? Pas de plaisir sans permission même s’il est à portée de main.
Il a eu une grimace amusée.
— Oui.
Je l’ai regardé en feignant le scepticisme.
— On va quand même faire une dernière vérification. Main sur le sexe !
Il a empoigné sa verge avec précaution. J’ai soupiré. Depuis le temps il aurait dû savoir qu’avec moi toute hésitation se paye. Avec une certaine lassitude j’ai dit :
— Tu peux serrer plus fort que ça. J’en suis certaine. Ne me force à prendre les choses « en main »…
Un jeu de provocation du regard s’est lancé entre nous. Forcer un soumis à s’administrer un supplice permet de lui faire expérimenter ce sentiment de renoncement si important pour le bien-être d’une relation BDSM. La frustration de se plier aux moindres caprices sans avoir son mot à dire est nécessaire pour expérimenter la vraie soumission.
Il s’est mis à serrer son sexe plus fort. J’ai dit avec un sourire satisfait :
— Tu vois ? Tu as beau être en dehors de ta cage tu n’es pas obligé de te donner du plaisir. Le plaisir ce n’est pas automatique.
Il a eu un petit sourire et a répondu :
— Sauf pour les femmes…
— Je ne te le fais pas dire.
J’ai claqué des doigts.
— Lâche !
Il a remis sa main avec l’autre sur la tête. Je l’ai récompensé par un :
— Bon chien.
Étant d’humeur joueuse il a répondu :
— Ouaf !
J’ai continué :
— Comme j’ai envie de me reposer le programme sera très light. On va faire comme si tu avais des droits. Autrement dit je ne te ferai pas ramper par terre et tu vas pouvoir t’habiller et agir normalement.
Une annonce qui n’a pas semblé lui faire plaisir. Avec un brin de sarcasme il a répondu :
— C’est Noël en avance !
— Non, justement.
J’ai accompagné ma remarque d’un clin d’oeil, référence à divers jeux lors du Noël précédent. Vous connaissez la chanson : les gentils garçons ont des cadeaux et les vilains ont ce qu’ils méritent…
— Va t’habiller.
J’allais entrer dans la cuisine lorsqu’il a trouvé le courage de dire :
— Donc c’est tout ?
Je me suis retournée, il était toujours en plan contre le mur, transpirant la frustration.
À l’annonce d’un jour de repos la plupart des gens auraient sauté sur l’occasion avant que je ne change d’avis, pas lui, la chasteté rend les soumis très joueurs, parfois jusqu’à l’imprudence.
D’un côté sa recherche des ennuis était compréhensible, il faut savoir que la douleur aide à supporter la chasteté et c’est d’ailleurs pour ça que nous y avons recours, elle est un bon moyen pour motiver les soumis et les rendre plus amusants lors des séances. D’un autre côté il jouait un jeu dangereux, lorsque j’ai décidé de souffler le chaud et le froid pour torturer un soumis me remettre en question peut très mal se terminer. Plutôt que de lui faire le plaisir de piquer une colère directement j’ai décidé de la jouer plus sadique. Je me suis approchée de lui avec un air sévère, il s’est mis à respirer profondément.
— Pourquoi ? Envie de quelque chose d’autre ? Tu n’as pas eu ta dose hier soir ? Attention je pourrais mal le prendre.
Il a baissé les yeux.
— La soirée d’y hier a été parfaite, d’ailleurs je croyais avoir atteint mes limites mais en te voyant j’ai eu un regain d’énergie. Mon envie de te servir est plus forte que jamais. Un bon leader sait inspirer ses troupes et c’est l’effet que tu me fais.
Je ne lui ai pas dit mais j’ai trouvé son attitude adorable, pas du tout raisonnable certes mais adorable. Une part de moi était attendrie, il m’avait dit ce que je voulais entendre. Avec le temps il a appris à me brosser dans le sens du poil pour obtenir ce qu’il veut.
— Donc tu as envie que je sois stricte avec toi ? Que je sois sans pitié pour te pousser dans tes derniers retranchements ? Jusqu’à ce que tu craques ?
Il sentait que sa marge de manoeuvre était réduite, il avait envie d’un peu de discipline mais il savait également qu’une fois lancée je peux être particulièrement cruelle.
Il a dit :
— C’est que si tu veux te changer les idées ce n’est pas grave, c’est juste que … Je ne dirais pas non à quelques coups de cravache.
J’ai tapé du pied et je me suis exclamée :
— Oh ! Tu me sers, et pas l’inverse ! Tu n’auras jamais « que quelques coups de cravache » c’est tout ou rien. Depuis quand je pratique la domination à la carte ?
— Pardon chérie, je ne voulais pas te donner d’ordre. C’est que je disais juste que si j’avais à choisir, ce que je n’ai pas je le sais, je prendrais bien quelques coups de cravache. Ce que je voulais dire c’est que si tu avais envie de me donner quelques coups non seulement ça te ferait plaisir mais moi aussi.
Il a rigolé nerveusement et a continué :
— Visiblement j’ai trop de sang qui afflux ailleurs que dans mon cerveau. J’en oublie ma place et comment je dois te parler.
J’ai haussé les sourcils en repensant à un argumentaire gynarchiste, si le cerveau d’un homme manque d’irrigation sanguine en présence d’une femme c’est un signe naturel pour lui faire comprendre qu’il doit laisser les décisions à notre supériorité intellectuelle. Par réflexe je le lui ai presque dit. Mais comme je voulais faire descendre la pression ça aurait été contre productif.
J’ai donné une tape sur le bout de son sexe pour le faire valser.
— Je m’étais déjà rendue compte que tu étais content de me voir…
Il a eu un sourire forcé :
— C’est que tu me fais tellement de bien que j’aimerai te servir d’une manière plus intense encore. Ma dévotion est bien intentionnée. Je n’espère rien en retour.
Là il en faisait un peu trop. Surtout que je n’avais rien dit sur le sujet d’une éventuelle récompense, une preuve qu’au contraire il avait des pensées mal placées.
Il a persisté :
— C’est pour ça que j’avais mis la cage ce matin. Pour que tu sois fière de moi.
J’ai croisé les bras.
— Si c’est de l’aide dont tu as besoin on peut sortir la cage de discipline pour la journée. Ne soyons pas radin disons pour le weekend.
Je faisais référence au modèle de cage de chasteté avec des pointes émoussées à l’intérieur pour réduire l’espace disponible et rendre douloureux chaque tentative d’érection. Modèle parfois appelé KTB pour les modèles les plus sévères. La panoplie des outils d’une dominatrice est large et il ne faut pas hésiter à sortir les jouets les plus sévères si l’occasion se présente.
Il savait que j’étais en train de bluffer, une matinée en cage de discipline le met déjà en larmes alors un plein weekend ! Je ne suis pas cruelle à ce point. Cependant il savait qu’il devait faire attention de ne pas me provoquer ou ça allait finir par vraiment arriver.
Il a dégluti, ce n’était pas la réaction qu’il avait espérée, mais pour autant il ne semblait pas vouloir faire machine arrière, il espérait trouver un petit espace où se faufiler.
Ce n’est pas très tentant.
— Ah bon ? Il me semblait qu’un KTB ne faisait rien si le soumis n’avait pas d’érection. Et tu as toi-même reconnu que tu étais déterminé à ne plus bander. Ça ne devrait pas te poser de problèmes, non ? Elle aura un effet neutre.
Je m’amusais à partir au sens opposé de là où il voulait me tirer. C’est mon côté tête de mule. Le plus difficile était de ne pas partir en fou-rire. Pourtant l’expression de son visage était hilarante.
Il ne savait pas quoi répondre. Je me suis approchée de lui.
— Message reçu ?
Il a hoché la tête.
— Si tu veux faire du zèle j’en ferai également. Parce que si tu ne veux pas d’un jour de calme je peux la jouer hard. Je le ferai sans aucun état d’âme. Toutes les petites erreurs sur lesquelles j’ai passé ce matin recevront pleine punition. Et elles sont nombreuses !
Il a hésité sur les termes à utiliser pour me répondre.
— Que tu sois un peu stricte m’aiderait à… modérer la dévotion excessive que j’ai à vouloir te servir.
Je crois qu’on pouvait interpréter sa réponse comme un appel à l’aide. Sans tentation quotidienne la chasteté n’a pas de valeur mais parfois la frustration devient intenable. C’est là qu’avoir une maitresse, ou un coach, est nécessaire. Non pas pour soulager le soumis, il pourrait le faire tout seul, mais pour être intraitable. Lorsqu’on a pris un engagement on doit le tenir jusqu’au bout. La chasteté n’a de valeur que si elle est menée à son terme, même s’il faut serrer les dents pour y arriver.
Si l’avoir menacé du pire ne l’avait pas dissuadé de s’opposer à ma volonté j’allais devoir montrer mes cartes, faire « tapis » comme disent les joueurs de poker. Après ça il n’allait pouvoir que filer à la niche apeuré.
— Alors déjà, tu es là pour me servir. Que ta chasteté soit difficile je m’en tape. Je ne suis pas là pour t’aider avec tes problèmes. N’inverse pas les rôles.
Ce qui était faux dans les faits mais pas dans le thème comme je l’ai dit plus haut.
— De plus la frustration est bonne pour toi. Ne rejette pas ce qui te fait du bien. Ok ? Mais surtout arrête de faire l’idiot. Si je deviens stricte tu sais que je te mettrai au pas en utilisant la méthode la plus efficace. Tu finiras à genoux et en pleurs mais ça ne sera pas à cause des coups tu peux me croire. Parce que la dernière chose que tu veux en ce moment c’est du tease and denial. Donc si j’ai à me fâcher ça sera notre principal jeu. Parce que si tu crois que tu es frustré en ce moment c’est que tu ne sais pas ce dont je suis capable.
Il a baissé la tête. J’ai renchéri :
— Un weekend entier sans aucun répit c’est ce que tu veux ? Alterner entre stimulation et mise au placard ?
Il a fait une grimace, il aurait pu s’en douter puisque le tease and denial et l’isolement sont 2 jeux avec lesquels je pouvais le punir sans abimer davantage son corps. Je vous rappelle qu’il avait eu sa dose après la soirée d’y hier et que je devais réfréner mon envie de le frapper. Je pouvais même y rajouter quelques lignes à copier pour l’humilier davantage. J’ai des ressources pour toutes les situations, le dressage des mâles c’est tout un art.
J’ai pointé du doigt le placard. Il a grommelé :
Pas le placard.
— Exactement, tu n’en veux pas donc ça fera une bonne punition. Si tu ne veux pas y finir tu vas vite changer d’attitude mon grand.
Il est resté silencieux, il devait penser « elle n’est pas possible, elle ne fera jamais rien comme je le veux. ». Il était prêt à me donner la main et je voulais le bras entier. Il n’aurait pas dû être étonné puisque j’ai toujours été sur cette ligne.
J’ai haussé le ton :
— Pardon ? Tu n’as pas l’impression d’oublier quelque chose ?
Il a soupiré et a répondu :
— Merci d’être aussi sévère pour mon bien être.
— Je préfère ça.
J’étais plutôt contente de moi, l’affaire était réglée, je lui avais mis les points sur les « i ». Désormais je pouvais être tranquille, quel homme sensé choisirait un weekend de tease and denial alors qu’il a 2 semaines de chasteté dans le sexe ? Aucun nous sommes d’accord, il allait se montrer calme pendant un bon moment.
J’ai fait demi tour pour retourner dans la cuisine en le laissant tout seul pour méditer lorsqu’il a dit :
— D’accord.
Sous la surprise je me suis figée avant de me retourner lentement.
— Pardon ?
Même s’il avait les joues rouges il ne semblait pas mécontent d’avoir eu le cran de me chercher, il était presque soulagé.
Il a répété :
— Sois stricte avec moi ce weekend s’il te plait.
Cette réaction était… inattendue, je suis restée interloquée. Qui voudrait s’infliger un supplice pareil volontairement ? Il faudrait être vraiment… masochiste… Oui, parfois je l’oublie. Mon plan n’était peut-être pas si parfait que ça en définitive. Quoi qu’il en soit il m’avait prise de court. Il n’était pas raisonnable pour moi de faire ce dont je l’avais menacé mais je ne pouvais pas non plus ignorer sa provocation. Une seule phrase résonnait dans ma tête « mon dieu qu’est-ce que j’ai fait ». Je pense qu’elle résonnait aussi dans la sienne…

La suite par ici…


Si vous voulez être tenu au courant des prochaines publications pensez à l’inscription à la newsletter : http://mllemilie.com/newsletter/

– Twitter – Tumblr – WordPress –

6 réflexions sur « Discipline domestique 025 – Halloween 2014 – Partie 18 : … enfin, je croyais »

  1. Madame,
    Je suis vos récits depuis le début et je me résous enfin à vous demander une chose.
    Faites-vous l’amour avec votre mari de temps en temps (avec pénétration) ? Selon quelles conditions ?
    Je vous remercie de votre réponse Madame et vous adresse tous mes respects.
    cougar

  2. Merci pour ce texte Mlle Emilie.
    Vous magnez l’écriture comme il se doit ainsi que la domination il me semble ^^ !!
    J’ai déjà hâte de lire la suite tellement je suis captivé !!!

  3. Oui merci de se magnifique texte ,plus j’arrivais vers la fin et plus je me disais qu ‘il devrait pas accepter cette proposition ,j’aurais fais pareil que lui ,impatient de lire la suite .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *