Week-end à la campagne avec 3 soumis – juin 2014 #2 – présentations

Hello 🙂

Encore un post écrit à chaud dans la soirée (mais posté le lendemain je me suis endormie dessus 😳 ), j’essaye d’en faire un maximum tant que c’est tout frais en mémoire quitte à avoir moins de recul sur le contenu.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
Sommaire du récit ici.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Je rappelle donc le contexte : un week-end dans une maison de campagne avec 3 soumis. À ce point là j’avais laissé mon homme s’amuser au chenil (question de point de vue 😆 ). J’avais revêtu une tenue soignée, l’uniforme de la dominatrice stricte, jupe noire, chemisier blanc et cravache à la main.

Le point de rencontre avait été convenu sur le parking près d’une place dans un village adjacent à la résidence. Je suis arrivée en avance volontairement. Cela peut vous sembler étrange il faut que je vous explique mon intention. J’allais être la seule domina face à 3 soumis pendant tout un week-end, si je n’installais pas une dynamique de discipline dès le départ j’étais cuite.

Imaginez-vous conserver l’ordre alors que la première image que les soumis ont en tête c’est vous vous prenant les pieds dans le tapis ou bafouillant. Si vous leur montrez que des ouvertures existent petit à petit ils essaieront de grignoter des privilèges et une fois que vous avez accordé un truc à l’un il faut le donner à l’autre. Ce n’est bien sûr pas immédiat, c’est progressif et cela devient infernal quand ils osent répondre. Parfois cela devient même un jeu entre-eux, celui qui sera le plus insolent. Ne rigolez pas ils le font vraiment ! D’ailleurs comprenez bien que c’est une fatalité, en fin de week-end la situation serait bien plus détendue qu’au début, c’était mécanique, les soumis allaient perdre au minimum en concentration. Si je partais de trop bas j’aurais fini par franchir la ligne à problème. Si je n’y avais pas pris garde à la fin du week-end vous m’auriez retrouvé soit en pleine crise de nerf soit avec des soumis sanguinolents. Je pense que c’était les deux seules hypothèses réalistes.

Vous allez peut-être me trouver dure mais par expérience je vous assure que vous vous faites bouffer si vous ne serrez pas assez la bride ab initio. Les soumis peuvent être de vrais gamins quand ils s’y mettent. Je ne vais pas trop m’en plaindre ils me donnent des occasions en or pour les punir même s’il y a des limites à ce que je peux supporter.

La principale préoccupation de cette première séquence était donc de prendre un ascendant suffisant pour qu’il tienne tout le week-end, j’allais sortir l’artillerie lourde et leur faire prendre de bonnes habitudes. C’est bien plus facile lorsque vous procédez comme ça.

Première arme de mon arsenal : les mettre en état de stress. C’est moins facile qu’il n’y parait puisque les soumis finissent par s’habituer à notre présence, il y a forcément une confiance qui s’installe. J’avais pris le partis de les aveugler, pas physiquement, plutôt psychologiquement. J’allais prendre des décisions radicales sans les expliquer, un peu comme ce que j’avais fait subir à mon ingrat de chéri dans la publication précédente. Il fallait que les soumis ressentent une perte de contrôle, une impuissance, une infantilisation radicale.

Pour leur faire perdre leurs repères je leur avais donc donné rendez-vous dans un village proche de la location et non pas sur place. Ils n’en connaissaient d’ailleurs pas l’adresse exacte. Je préparais mon coup depuis longtemps et dès la réservation je les avais fait payer sans leur donner de détails. La perte de repère géographique participant à l’ambiance. Evidemment ils avaient pu se préparer à cet aspect puisque sans l’expliciter j’avais été obligée de leur cacher des informations et ce n’était pas discret.

C’était donc pour ça que j’étais arrivée en avance, je voulais introduire une perturbation au plan qu’ils avaient pu imaginer. Mettez-vous à leur place, vous avez rendez-vous quelque part et votre maitresse est là avant vous. Quelle est votre première réaction ? « à mince je me suis trompé sur l’heure ? ». Je ne voulais pas leur laisser une seule seconde pour s’approprier l’environnement, c’était mise sous pression directe.

Autre avantage je voulais éviter qu’ils discutent entre eux et sympathisent, je ne voulais pas qu’ils se liguent contre moi. Ils le font s’y je n’y prends pas garde l’expérience me l’a appris. Parfois, lorsque j’ai donné à mes soumis des tâches concurrentes, c’est-à-dire qu’ils devaient faire la même chose et que le plus méritant avait une récompense et inversement pour le dernier, j’ai eu des résultats surprenants. Le jeu est amusant si tous les soumis se donnent à fond et non pas qu’ils s’entendent entre-eux pour en faire le moins possible en tournant pour répartir les punitions. C’est moi qui distribue les punitions, pas les soumis qui se les répartissent ! Quand je dis que les soumis méritent les coups qu’ils se prennent je ne plaisante pas, leur esprit pervers est sans limite !

Je n’allais pas les laisser échanger leur nom ou email pour qu’ils puissent comploter dans mon dos. Ils allaient rester des inconnus les uns les autres. En tout cas j’allais tout faire pour.

En les attendant je me suis assise sur le capot de ma voiture et j’ai mis des lunettes de soleil pour attendre en profitant du beau temps. J’en ai profité pour relire mes fiches de préparation.

Ma première victime du jour allait être « Chouchou ». Je préfère désigner mes soumis grâce à un surnom que je leur ai donné, déjà pour l’humiliation mais aussi pour l’anonymat. Il n’y avait rien d’affectueux à ce surnom ridicule et émasculant qu’il devait à son attitude. Il faisait partie de ces gens qui, à l’école, essayaient toujours d’être le chouchou de la maitresse. En tout cas je l’imaginais comme ça dans ses jeunes années. Un soumis qui en fait trop en devient énervant. Si je devais faire une comparaison je la ferais avec un chien qui vous saute dessus en remuant la queue quand vous rentrez le soir. J’étais sûre que si sa queue à lui n’avait pas été en cage elle aurait aussi frétillé en me voyant. Je suis médisante et le pire c’est que je n’en ressens aucune honte. Je tiens à dire que je ne suis pas en train de parler dans son dos, je ne me prive pas pour lui faire des reproches en face à face. Pour finir son portrait, il est quarantenaire n’acceptant pas son âge et essayant de paraitre dans le vent. Malheureusement pour lui nu il ne peut pas y faire grand-chose et la chute n’en est que plus dure. La seule qui peut utiliser des accessoires pour se faire belle c’est moi, question de statut. Il essaye toujours d’être serviable je peux lui accorder ce point, cependant ça ne change rien au fait qu’il est un peu con sur les bords. Il faut être honnête, non j’exagère, il est simplet c’est tout. Je ne veux pas insinuer que ce n’est pas quelqu’un de bien au contraire, juste que ce n’est pas avec lui que vous aurez un débat sur la politique étrangère. D’un autre côté ce n’est pas ce que j’attends d’un soumis. Il se peut aussi qu’il en rajoute, qu’il le fasse exprès pour renforcer mon statut supérieur, qu’il joue un personnage. Je m’en moque à vrai dire.

Ma deuxième victime allait être « Chétif », un soumis plus jeune que le précédent de quelques années. Un type renfermé, un cas assez difficile auquel il fallait faire attention. J’ai bien dit difficile et non pas un mauvais soumis. Il est du genre à ne pas extérioriser ce qu’il ressent, il cache ses émotions. Il peut se laisser faire même s’il n’aime pas juste pour ne pas m’interrompre. Comment voulez-vous que je dose la difficulté des coups ? Est-il au max ? Est-ce qu’il s’ennuie ? Je suis perpétuellement dans le noir. Lorsque j’ai envie de le récompenser j’ai toujours cette question : comment ? Bien sûr j’ai la feuille de profil qu’il a remplie mais s’il ne m’a pas dit la vérité je n’ai pas de moyens de contrôler. J’en viens parfois à douter qu’il aime ça. Il revient pourtant. Je critique mais je suis pareil, je cache mes faiblesses derrière un masque. En un sens je peux le comprendre. J’ai de l’affection pour lui ne vous y trompez pas, j’ai juste peur de mal le cerner.

Ma dernière victime n’avait pas encore de surnom et pour cause il était nouveau. Parfois mes soumis passent du temps sans s’en voir attribué un, je fais ça à l’instinct. Il faut que ça corresponde bien à son porteur et ce n’est pas si évident. Il faut du temps pour en trouver un qui les énervera à chaque fois qu’ils l’entendront. C’était un étudiant qui s’était fait la promesse que s’il réussissait ses examens « il passerait enfin à l’acte ». Il ne devait pas s’inquiéter j’allais le baptiser comme il se devait vous me connaissez. Dans sa grande naïveté candide il m’avait confié qu’il était mal à l’aise devant une femme sûre d’elle, qu’il osait à peine nous toucher. Il m’avait dit ça espérant que je le mette à l’aise pour sa première, que je prenne soin de lui …. c’est tout à fait mon genre 🙄 non je plaisante j’allais le démonter et abuser de lui. Ne faites pas les étonnés, de toute façon un soumis cherche à jouer avec le feu je ne faisais que lui donner ce qu’il recherchait sans le savoir 😛

Ils ont commencé à arriver. D’ailleurs qui est arrivé le premier à votre avis ? Je vous donne dans le mille, Chouchou. Je persiste et signe sur le fait qu’il aurait frétillé de la queue ai elle n’avait pas été en cage. Il était clair qu’il était tout excité de me voir. Je vous rappelle que ce sont mes soumis et que j’ai le droit de me moquer d’eux à volonté c’est le contrat.

Je suis restée stoïque, semblant ne pas lui accorder d’attention, les lunettes de soleil sont pratiques pour ça. Je lui ai dit de se taire, qu’il n’était pas en position de parler. Mon but était de le déstabiliser, j’avais sous-entendu qu’il avait fait quelque chose de mal et j’allais le laisser mariner dans le doute le temps que les autres arrivent. Il s’est assis en tailleur aux pieds de la voiture, à côté de moi. Une bonne réaction je trouve. Comment vous voulez que je sois sévère avec des soumis sages !

Le fait d’imposer l’attente en silence n’était pas anodin. J’aime le faire pour dramatiser la situation, le silence fait partie de la partition, c’est un instrument comme un autre. Il faut aussi comprendre que le BDSM c’est faire un break, marquer une pause avec le quotidien et qu’il faut en temps pour changer de personnage, il faut changer de rythme et se poser.

Le second à arriver a été le plus jeune, il a timidement dit bonjour. Chouchou lui a fait signe de se taire. C’était parfait, le stress allait se communiquer entre eux j’allais pouvoir en tirer parti.

C’est donc Chétif qui a fermé la marche, il n’a pas été en retard, juste à l’heure … pile. Il avait dû avoir peur qu’en arrivant en avance ou en retard il me permette d’apprendre quelque chose sur lui… Je vous le disais, il n’exprime aucune personnalité s’en est presque une performance. Il m’énerve tellement parfois qu’il m’arrive d’avoir envie de le torturer pour de vrai jusqu’à ce qu’il montre une émotion. Je suis méchante, je fais pareil si ce n’est que je suis plus maligne dans le choix de ma couverture.

Je me suis remise sur pied, j’ai enlevé mes lunettes, les repliant lentement avant de les laisser tomber sans même y faire attention. J’adore faire ça, me montrer négligente et laisser tomber les choses pour que quelqu’un les rattrape au vol. J’ai l’impression d’être une princesse avec une cohorte de serviteurs autour de moi pour répondre à mes moindres demandes. C’est comme un jeu, si ça touche le sol ils ont perdu. Bien sûr il n’y a pas d’avertissement c’est à eux d’être attentif. J’avais eu l’espoir qu’ils se fassent avoir pour que je puisse commencer par une punition collective bien méritée. Malheureusement je les ai trop bien dressés ils ont réagi au quart de tour. Je dois être trop prévisible. Le premier qui allait faire un pas de travers allait vraiment s’en prendre plein la gueule.

Vous posez tous vos effets personnels dans vos voitures et vous me passez les clés. Vous ne gardez que le minimum de vêtements, votre liste de pratiques mise à jour et votre carte Vitale. Oui, si vous faites trop les cons vous en aurait besoin.

Un bluff totalement gratuit et pourtant il fallait voir leur état de fébrilité lorsqu’ils l’ont mise dans l’enveloppe que j’avais faite circuler. En un sens c’était accepter qu’ils allaient être battus physiquement. C’est tout un processus d’acceptation. Pendant qu’ils finissaient j’ai lancé une dernière menace.

Si je vous attrape avec un portable, des cigarettes ou tout autre objet de contrebande je vous assure que vous en garderez longtemps des marques gravées profondément dans votre chair. Je ne vous prends pas en traitre, vous avez encore le temps de poser ce que vous auriez « par mégarde » oublié dans vos poches. Vous savez tous qu’avec moi ce ne sont pas des menaces en l’air je n’ai pas besoin de faire un exemple ?

J’étais dure avec eux comme c’était le plan si vous vous rappelez le début. Chouchou et Chétif ont répondu immédiatement, le nouveau a pris le train en route, je me suis rapproché de lui.

Tu n’as pas l’air convaincu. Tu comptes essayer de truander pour expérimenter ce dont je parle ?

Il s’est presque mis à paniquer à l’idée d’avoir mal agis, il était clair que c’était un débutant. Je ne le dirais jamais assez, une domina trouvera toujours de quoi redire si elle le veut. Ce sont simplement des justifications pour les punitions, si vous êtes vraiment mauvais vous ne serez pas puni vous prendrez la porte.

Je vous jure que je ne veux pas de problème. Je ferais tout ce que vous me direz de faire. Je veux bien faire.

Je préfère ça, mais attention je t’ai à l’oeil.

Je ne vous décevrais pas.
Tu es un homme. Ne fais pas de promesse que tu ne pourras pas tenir.
S’il comptait passer un week-end en observateur il allait être déçu, j’allais le forcer à venir sur le devant de la scène. Un des autres trucs pour prendre facilement le pouvoir c’est de taper sur le plus faible et de s’en servir comme exemple. Les autres seront soulagés de ne pas avoir été choisi et se mettrons de votre côté. Ce n’est pas vous contre 3 soumis, c’est toujours le groupe (dont vous) contre 1 soumis. Bientôt ils allaient se battre pour ne pas être le vilain canard mis à l’index. Il ne fait pas bon être le plus faible dans un groupe de soumis.

Nous n’allions pas passer la journée sur une place publique, j’ai déverrouillé ma voiture.

On y va.

J’ai jeté l’enveloppe sur le siège passager. Chouchou m’a demandé.

Vous voulez que je conduise maitresse ?

Je l’ai regardé froidement avec un dédain prononcé.

J’ai l’air d’être irresponsable ?

Il est resté pantois, j’ai poursuivi.

Tu me prends pour une conne c’est ça ?

Non pas du tout maitresse.

Pour rajouter à son stress j’ai joué celle qui essaye de se maitriser et fait des efforts pour rester calme. J’ai parlé lentement, semblant prête à exploser à chaque instant.

Dis-moi, quand les veaux vont à l’abattoir ils conduisent ?

Non maitresse.

Alors explique-moi en quoi la situation est différente ?

Secrètement j’espérais qu’il dise une ânerie, le piège était trop gros il n’allait pas tomber dans le panneau en répondant « je ne suis pas un veau », « les veaux ne savent pas conduire » ou un truc stupide dans le genre.

Pardon maitresse je réalise maintenant que ma question était stupide.

J’ai lancé un regard mauvais vers les deux autres.

Il me semblait avoir dit de monter dans la voiture pourtant je vous vois encore dehors. Je dois avoir des hallucinations je devrais consulter.

Je peux vous assurer qu’ils se sont précipités à l’intérieur. Aucun n’a osé demander s’il pouvait prendre la place avant côté passager, ils se sont entassés sur la banquette arrière. Ils n’auraient pas eu le droit d’aller devant de toute façon mais ça m’aurait donné l’occasion d’en engueuler un. Dommage.

Petit message de prévention : même si l’envie me démangeait on ne met jamais quelqu’un dans le coffre. Je sais que certains trouvent l’idée excitante moi la première mais c’est une question de sécurité. Les voitures sont faites de tel façon qu’en cas de choc par l’arrière (par exemple un automobiliste qui ne respecte pas les distances de sécurité ou qui ne voit pas que vous ralentissez à cause d’un obstacle) le coffre se déforme pour absorber le choc et protéger l’habitacle. C’est pour ça que souvent vous pouvez voir l’avant ou l’arrière d’une voiture totalement enfoncé alors que le reste va plutôt bien. Quelqu’un qui serait à l’intérieur du coffre se ferait déchiqueter en cas d’impact même léger. Il ne faut pas plaisanter avec ça et même si vous conduisez bien vous ne pouvez pas prévoir que vous ne rencontrerez pas un chauffard en chemin.

Avant de fermer la porte arrière je les ai avertis.

Si vous avez envie de chercher les problèmes vous allez les trouver. Vous me connaissez.

Ils regardaient tous vers l’avant pour essayer de ne pas se sentir visés par ma remarque. C’était parfait je les faisais angoisser comme prévu. Je me suis mise place conducteur. Nous n’allions prendre qu’une seule voiture pour accentuer l’aspect « vous êtes coincés ici sans moyen de vous échapper ». Une chose était sûre j’allais avoir le calme désormais. J’ai ajusté le rétroviseur intérieur pour leur signifier que j’allais garder un oeil sur eux et qu’il fallait mieux qu’ils se tiennent à carreau.

Il y a suffisamment d’accidents sur les routes à cause des hommes pour que je vous laisse conduire si ce n’est pas nécessaire. Ce n’est pas votre faute vous êtes nés comme ça il faut vous y faire.

J’ai mis le contact.

La ceinture c’est bon, la sécurité enfant c’est bon. Oui je l’ai mise, vous êtes tellement cons que vous pourriez sauter en marche. Je crois que nous sommes prêts.

Je me suis retournée pour faire la marche arrière, en une fraction de seconde ils se sont baissés pour ne pas me gêner la vue. J’adore avoir ce genre d’effet sur les hommes. Vous voyez que la sévérité est efficace. Pendant le trajet je leur ai fait la conversation, en réalité on ne peut pas parler vraiment de conversation vu que je monopolisais la parole.

Si vous voulez mon avis pour réduire les accidents sur les routes il faudrait simplifier le permis. Il ne devrait y avoir qu’un seul test « sexe : homme ? Recalé. » ça sauverait bien des vies. J’ai tort ?

Chouchou a répondu.

Non maitresse. Vous n’avez jamais tort.

J’ai soufflé très fort d’exaspération.

Quand je pose ce genre de question j’attends une réponse collective !

Les deux autres se sont dépêchés de confirmer que mon idée était bonne. J’avais parfaitement conscience de raconter des âneries cela ne voulait pas dire qu’ils ne devaient pas y adhérer. C’était une façon d’appuyer sur le fait qu’ils devaient se coucher devant moi et être d’accord sans réfléchir à tout ce que je disais. Les militaires font pareil avec leurs recrues. Je profite de la moindre occasion pour rappeler à mes soumis leur impuissance, j’allais d’ailleurs insister.

Au minimum il faudrait vous mettre des limitations de vitesse spéciales, vous interdire les grosses cylindrées et ne pas vous permettre de conduire aux heures de pointe.

Cette fois-ci ils ont acquiescé en coeur. J’ai rigolé.

Vous êtes bien des minables.

C’est un plaisir tout particulier d’insulter des hommes et de les voir serrer les poings pour ne pas répondre. C’est ça avoir le pouvoir.

Le plus ironique là-dedans c’est que quelques minutes après être arrivée j’ai vu sur Facebook une de mes connaissances qui racontait qu’elle avait eu un « accident de parking ». Un moment d’inattention en sortant en marche arrière d’une place de stationnement et elle a percuté une voiture qui passait dans la rangée. Vous pouvez rigoler c’est une femme. Je vous rassure juste de la tôle froissée rien de grave mais les coïncidences sont marrantes. J’avais dû lui porter la poisse, question de karma, vous croyez qu’il y a un lien ?

Ils s’attendaient à ce que j’aille directement à la maison donc bien évidemment j’ai fait autre chose. Une domina qui fait ce qui est prévisible ce n’est pas marrant. Je me suis arrêtée en pleine nature, aucune trace de civilisation en vue et aucun point de repère. Il ne manquait plus que je leur fasse prendre une pelle et nous aurions été en plein film de mafieux :mrgreen: J’avais d’autres plans plus amusants.

La suite par ici, avec bien plus d’action au programme …. 😈

 

3 réflexions sur « Week-end à la campagne avec 3 soumis – juin 2014 #2 – présentations »

  1. Bonjour Dame Emilie,
    Ne pensez vous pas qu’en dévoilant ainsi votre façon d’être, de penser, et de procéder avec les soumis, vous ne soyez confrontée à des difficultés avec des soumis, les vôtres ou vos futurs, vous ayant lu?
    Vous semblez apprécier à la fois que vos soumis vous approuvent toujours, même quand vous « racontez des âneries » (pour reprendre vos mots) et dans le même temps vous reprochez à chouchou : « ce n’est pas avec lui que vous aurez un débat sur la politique étrangère »…
    J’ai bien compris votre raisonnement mais ma question porte sur votre préférence. Hors stratégie de Dominante dans une situation précise comme c’est le cas ici, en général préférez vous un soumis qui approuve toujours, ou celui avec qui vous parleriez politique étrangère?
    En plus vous concédez que vos 3 soumis vous ont approuvé tout en pensant le contraire, considérez-vous cette attitude comme du mensonge?
    Très respectueusement

    1. Bonjour,
      Je pense que c’est plutôt un mélange complexe, les soumis qui sont trop gentils et qui n’essayent pas de me contredire de temps en temps m’ennuient. IL faut qu’ils me fournissent des occasions de les punir.
      En même temps j’aime la sensation d’être un point de référence, celle qui a toujours raison parce qu’elle tient la cravache. Je pense que quelque part mon fantasme inclut de me comporter consciemment en tyran, de faire des caprices comme une peste trop gâtée.
      Et par dessus on peut rajouter que l’humiliation « intellectuelle » est aussi un fantasme pour certains soumis et que j’en joue volontiers.
      Ce n’est pas comme s’il y avait un scénario pré-défini, c’est un peu selon l’air du moment. Un bon soumis doit pouvoir deviner ce que je veux pour me le donner.

      1. Voilà qui montre que le statut soumis nécessite vraiment une adaptation permanente et une attention constante pour bien servir sa Dame et devancer ses désirs. Tous ces désirs, même les plus contraires. Du moins ils peuvent paraître contraire au soumis car vous avez toujours la logique du fil conducteur de votre plaisir et satisfaction.
        Merci pour votre réponse Dame Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *