Dressage d’un débutant #2 : quelques gifles pour me détendre

Sommaire de l’histoire.

—-

Nous avons échangé un regard. Il devait deviner ce qui se passait dans ma tête et essayait de me faire comprendre que ça ne le dérangerait pas plus que ça. Au contraire il semblait volontaire pour avoir mal, pour décharger ses envies en pleurant un bon coup. Il avait probablement envie d’exploser et la douleur était un palliatif acceptable. La seule chose qui le retenait de me supplier était qu’il ne voulait pas me retirer le plaisir de faire comme si je le lui imposais. Il me connaissait, j’aime que les soumis restent à leur place. Personne n’est dupe sur la réalité des choses mais j’aime que l’on maintienne l’illusion qu’ils subissent tout ce que je leur impose sans qu’ils aient le moindre mot à dire. Machinalement je me mordillais les lèvres, j’ai des tics comme ça quand je suis en train d’imaginer faire souffrir un soumis. Il faut savoir me lire. Il y a beaucoup de communication non-verbale entre un soumis et sa dominatrice. Ce n’est pas la partie la plus évidente à maitriser mais cela est nécessaire à une relation fonctionnelle. En sortant de ma torpeur j’ai fermement attrapé mon esclave par l’oreille pour le trainer au salon en prenant ma tasse de thé au passage.
– Viens par ici. Pour une fois tu vas servir à quelque chose.
Je l’ai lâché au milieu du salon, j’ai continué sur ma lancée en écartant légèrement les meubles autour de lui.
– À genoux, les mains coincées sous tes jambes.
Position classique pour empêcher les mains du soumis de se balader et d’aller frotter là où je lui ferais mal. Si j’inflige une douleur ce n’est pas pour laisser le soumis la faire disparaître en se massant. J’avais envie de commencer à le frapper mais je me suis contenue encore quelques instants. J’aime le regard des soumis juste avant que ça tombe, ils essayent de se faire tout petit en espérant que ça arrangera les choses. Leur angoisse leur fait baisser les yeux mais en même temps ils sont curieux de savoir quand est-ce que cela va commencer, ils veulent un contact visuel avec moi pour essayer de deviner à quelle sauce ils vont être mangés. Ils sont tiraillés entre ces deux envies incompatibles et je n’ai que rarement tendance à abréger l’angoisse de cette attente. J’ai pris tout mon temps pour finir mon thé, en silence, avant de m’approcher de lui.
– Ça ne te dérange pas que je me défoule un peu sur toi ? Tu n’as rien fait de mal mais j’en ai juste envie.
Il a semblé un peu surpris par ma demande.
– J’ai promis d’être à votre entière disposition maitresse. Je savais ce que je faisais vous n’avez pas besoin de demander ma permission pour faire quoi que ce soit.
Alors même que sa réponse était bonne j’ai répondu très sèchement.
– Arrêtes un peu de jouer au bon soumis ça m’énerve.
Une paire de gifle est partie. Elle m’a fait du bien. Ces petits picotements le long de mes doigts, les traces rouges sur les joues du soumis marquant mon pouvoir. Je sais qu’après une gifle la sensation de pression de la main reste imprimée pendant quelques instants, les joues sont lourdes, elles picotent. J’imaginais la sensation de chaleur qu’il pouvait avoir, l’envie de se frotter les joues mais l’absence de permission de le faire. C’est tellement bon d’imaginer le soumis souffrir intérieurement, de se projeter dans sa tête pour apprécier ce qu’on peut lui faire subir. Je l’ai attrapé par le menton, la position de sa tête n’était pas mauvaise mais je voulais insister sur le fait que ce n’était que le début. Il fallait que je l’empêche de baisser les yeux, je voulais qu’il voie ma main arriver à chaque fois, qu’il puisse anticiper l’impact et qu’il se contraigne à rester immobile par peur des conséquences. Ce n’est pas tant faire mal qui me plait que le fait de savoir que le soumis s’y résigne. Frapper un soumis entravé ne m’amuse pas tant que ça, je préfère qu’il reste immobile de lui-même. J’ai eu un sourire sadique en coin.
– Chut, chut. Restes sage et ça passera avant que tu n’aies le temps de réellement souffrir. À moins que je n’en décide autrement. Tu sais qu’il m’arrive d’être un peu … ‘capricieuse’, et tu sais que j’ai tous les droits sur toi pas vrai ?
– Oui, maitresse.
J’ai relâché son menton pour me remettre à distance idéale pour frapper. Cette fois ce sont 4 gifles qui sont parties, 2 de chaque côté. Je suis polie la plupart du temps mais la seule chose que j’aurais eu envie de dire à ce moment c’était « putain, qu’est-ce que ça fait du bien ». J’exultais, après des semaines de calme c’était un défouloir salutaire, j’aurai du me le permettre plus tôt.
– Çà fait circuler le sang pas vrai.
Il n’a pas répondu, il devait encore être un peu sonné par les coups, c’est que ça déstabilise les gifles. Je lui ai collé une nouvelle série puis j’ai fait quelques pas le temps de le laisser reprendre ses esprits. J’avais envie de sautiller sur place. J’ai un autre tic moins visible lorsque je prends du plaisir, je fais bouger mes orteils, j’ai comme un besoin de les contracter et de les étirer. Vraiment bizarre. Loin de me calmer cette séance de gifles était en train de m’exciter encore plus. Je suis revenue vers lui. Je lui ai tendue la main, il l’a prise pour l’embrasser avec tendresse, un doigt après l’autre. Le symbole était fort, il était en train de remercier la main qui l’avait puni. J’avais les ongles parfaitement manucurés et vernis d’un rose pastel, pour lui l’effet érotique n’en était que décuplé. Il vénérait d’une manière quasi-fétichiste ce symbole de pouvoir féminin.
– Merci, maitresse. Vous êtes trop gentille je ne pourrais jamais assez vous remercier. Vous êtes parfaite.
En abusant des superlatifs il m’encourageait à aller plus loin. Réellement c’était stupide, il ne faut jamais, mais vraiment jamais faire ça. Il ne faut surtout pas me stimuler davantage quand je suis dans cet état. Je crois que lui aussi avait du mal à se contrôler, une très mauvaise combinaison. D’un geste de la main je l’ai repoussé.
– Tu n’es qu’un sale pervers en plus. Tu ne peux même pas t’empêcher d’aimer ça.
Je ne suis pas sûre que ma phrase s’adressait uniquement à lui. Je suis allé faire quelques pas, je ne tenais vraiment plus en place. Après quelques soupirs je suis revenue vers lui pour examiner ses joues, je les ai pincées, les étirants pour constater les lignes de changements de couleur. Mine de rien la trace de mes doigts commençait à s’imprimer de manière moins éphémère sur sa peau. Il faut dire que je n’y allais pas de main morte. J’ai remarqué une marque un peu différente  à l’emplacement d’un des doigts, plus foncée. Erreur stupide j’avais oublié d’enlever une de mes bagues avant de le gifler. Je n’étais pas très fière de moi, c’était une faute de débutante. J’aurai pu le griffer et le blesser inutilement, le visage est une zone fragile où une marque peut rapidement devenir permanente. Il n’avait rien dit, pourtant il avait du la sentir, ce n’est pas le genre de détail qu’il est possible de rater lorsque l’on se prend une série de gifles. Il avait dû estimer que ce petit surplus de douleur n’était rien face à ce qu’il risquait à me tirer de ma transe. Ce n’est pas un comportement que j’encourage, quand je mets le soumis dans une situation qui lui fait inutilement mal il faut qu’il le dise. Je me souviens d’un qui n’avait pas osé me signaler que sa main était dans une position douloureuse alors qu’il était en train de se prendre une fessée en travers de ses genoux. Il avait un peu glissé et le poids de son corps reposait sur son poignet. Il a eu mal pendant au moins 15 minutes après, et je ne parle pas de la raclée qu’il s’est ramassé pour s’être tu. J’aime faire mal pas blesser.
– Tu n’aurais pas pu me dire que j’avais une bague ! Qui est-ce qui m’a fichu un abruti pareil. Tu crois que tu mérites d’être à mon service après ça ?
– Je n’ai pas le droit de m’opposer à la douleur que vous voulez m’infliger maitresse.
– Ne me réponds pas comme ça. Tu te souviens de ce qui arrive aux insolents ou tu l’as déjà oublié ? Tu sais très bien à quoi je fais allusion. Tu veux avoir mal c’est ça ? Ok, je te suis.
J’ai posé nerveusement ma bague sur la table la plus proche avant de revenir vers lui. Sans un mot supplémentaire il s’est ramassé 4 gifles à la suite sur la même joue. Fierté ou pas il ne pouvait plus dissimuler que cela lui faisait mal. Il n’a pas redressé la tête immédiatement. Il était resté sonné dans la position que les gifles lui avaient fait prendre. Il grimaçait, ses yeux commençaient à s’humidifier mécaniquement. Je ne me suis pas laissée apitoyer pour autant.
– Tends l’autre côté.
À contrecoeur il a tourné rapidement la tête pour dévoiler son autre joue. Il savait à quoi il s’exposait s’il n’obtempérait pas ou même s’il tardait trop à obéir. J’aime avoir cet effet sur les soumis, quand ils craignent davantage la désobéissance que la douleur immédiate. Quand je les ai suffisamment en main au point qu’ils obéissent mécaniquement sans même penser aux conséquences que cela peut avoir pour leur propre confort. J’ai fait subir à son autre joue le même traitement.
– Crois-moi ce n’est que le début. Je vais t’apprendre à ne pas me signaler quand je risque de te blesser.
Les soumis trouvent systématiquement que se faire punir pour une erreur que j’ai commise est totalement injuste mais, même en étant de mauvaise foi, ils ne peuvent que reconnaître qu’ils en ont été les complices silencieux. Il n’y avait pas à tergiverser, il avait senti la bague et était resté muet. Il avait sa part de responsabilité point final. Bon d’accord, c’était totalement ma faute, c’est moi qui aurais mérité une série de baffes. Je ne vois même pas pourquoi j’essaye de contre-argumenter. Voilà pourquoi je dois mieux maitriser mes envies, je ne dois pas me laisser gouverner par des pulsions qui me font négliger la sécurité du soumis.
J’ai encore fait quelques pas le temps de me désengourdir les doigts. La douleur que les gifles entrainaient de mon côté me faisait du bien. On oublie souvent que la main est également une zone sensible et que gifler entraine une douleur partagée pour les deux partenaires. Ce n’était pas un problème, j’avais envie de sentir sa peau contre la mienne, un contact brutal, vif et intense. Je suis complètement accro à ce genre de sensation. Je me suis passé la main dans les cheveux, un autre tic que j’ai lorsque je prends du plaisir. Je suis repartie dans une nouvelle série, un mélange de coups superposés et de séries de chaque côté. C’est toujours plus difficile d’encaisser lorsqu’il n’est pas possible de savoir où tombera la prochaine claque. Au total une bonne dizaine, peut-être même vingt gifles enchainées. Je crois que cette fois-ci j’étais calmée, en tout cas lui était sonné. J’ai soupiré, ce n’était pas un orgasme mais ça faisait du bien. Un supplice court mais intense et bien appliqué, c’est ce qu’il fallait pour me défouler. Un jeu qui nous a fait battre le cœur et nous a coupé le souffle autant à lui qu’à moi. Je lui ai tendu ma main pour qu’il la ré-embrasse. Je l’ai laissé me remercier jusqu’à ce qu’il reprenne complètement ses esprits.
J’ai inspecté mon travail sur ses joues, j’étais plutôt satisfaite du résultat. Il ne faisait plus le malin, il avait conscience d’avoir été légèrement insolent et le regrettait. Un bon esclave n’aime pas décevoir sa maitresse, ils ont une très grande sensibilité à la culpabilité. Je me suis penchée pour lui faire un bisou de chaque côté. Après tout il s’était laissé faire pour mon plaisir. Il n’avait pas vraiment fait quelque chose de mal, en tout cas rien pour mériter un tel traitement. Je pouvais au moins être reconnaissante. Les soumis sont d’autant plus sensibles aux mots gentils qu’ils sont rares. En recevoir un d’une dominatrice exigeante est un véritable exploit dont un soumis peut être fier.
Ses joues devaient être dans un état assez paradoxal entre la douleur infligée par mes mains et la douceur de mes lèvres. La douceur est toujours plus intense après la douleur. Une dominatrice doit savoir jongler entre la douleur et le plaisir pour faire avancer ses soumis. Mes joues aussi devaient être rouges sous le coup de l’émotion, je ne me suis jamais demandée si les soumis le remarquaient. En tout cas je ressentais une certaine chaleur au visage. Je suis retournée dans ma chambre arborant un sourire satisfait, le laissant en plan sans permission de retourner vaquer à ses obligations. Je voulais qu’il en profite pour réfléchir à sa condition. J’ai fermé la porte derrière moi avant de m’y adosser, j’ai levé les yeux au plafond. J’en avais des vagues de frissons de plus en plus rapprochées. Je me suis assise par terre, mes jambes ne me tenaient plus. C’est tellement bon de jouer aux jeux que l’on aime.

6 réflexions sur « Dressage d’un débutant #2 : quelques gifles pour me détendre »

  1. Parvenez-vous à vous attacher durablement à vos « soumis » ou les jugez-vous indignes d’être vos compagnons ?

    1. Je ne crois pas qu’il puisse y avoir une relation BDSM sans attachement durable. Au début on n’ose pas tout dévoiler et il faut du temps pour gagner la confiance nécessaire pour aller au bout de ses fantasmes. Les séances uniques ce n’est pas mon truc.

      Émilie,

  2. Bonjour Emilie
    Bonnes fêtes de Noël , un post que j’aime beaucoup lire et relire , comme beaucoup d’autres , d’ailleurs :DG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *